Nouvelles recettes

Dominique Crenn est nommée meilleure femme chef du monde 2016 par les 50 meilleurs restaurants du monde

Dominique Crenn est nommée meilleure femme chef du monde 2016 par les 50 meilleurs restaurants du monde

Crenn sera honoré lors d'une cérémonie de remise de prix au Cipriani Wall Street le 13 juin

Crenn a été la première femme chef aux États-Unis à recevoir deux étoiles Michelin.

Les 50 meilleurs restaurants du monde ont nommé Dominique Crenn la meilleure femme chef du monde 2016. La chef d'origine française est connue pour son restaurant phare Atelier Crenn et le plus décontracté Petit Crenn, tous deux à San Francisco. recevoir deux étoiles Michelin, selon un communiqué.

Crenn déclare : « C'est un grand honneur d'avoir été choisie comme la meilleure femme chef du monde 2016 par mes pairs et les personnes pour qui j'ai eu le plaisir de cuisiner. J'ai été inspiré par de nombreux anciens lauréats de ce prix et c'est donc un grand plaisir de rejoindre leurs rangs et, espérons-le, de motiver les cuisiniers du monde entier à travailler dur, à être créatifs et à réaliser de grandes choses. Je suis fier de partager ce prix avec ma famille de chefs, les équipes de l'Atelier Crenn et du Petit Crenn, sans qui cette distinction ne serait pas possible.

William Drew, rédacteur en chef du groupe The World’s 50 Best Restaurants, a déclaré : « Nous sommes fiers et ravis d’annoncer que Dominique Crenn est la meilleure femme chef du monde de cette année, célébrant ses nombreuses réalisations. Dominique est une chef distinguée et très impressionnante, ayant déjà accompli de nombreuses premières en tant que femme cuisinière, ouvrant la voie aux générations futures. La passion de Dominique pour les produits locaux, la durabilité et le dévouement à la profession font d'elle la récipiendaire parfaite de ce prix.

Le prix de la meilleure femme chef du monde met en lumière les « femmes chefs extraordinaires ». Près de 1 000 des critiques les plus sévères au monde et des chefs les plus respectés votent pour déterminer le gagnant. Crenn sera honoré lors de la cérémonie de remise des prix des 50 meilleurs restaurants au monde, qui se tiendra aux États-Unis pour la première fois en 14 ans. Il se tiendra au Cipriani Wall Street le 13 juin. Les 50 meilleurs restaurants du monde 2016 seront annoncés lors de la cérémonie, et un restaurant sera nommé meilleur restaurant du monde.


Dominique Crenn : "La cuisine est un acte de vulnérabilité"

Chef Dominique Crenn est en voyage. Son éducation à Paris et Versailles lui a donné l'amour de la gastronomie, mais ses études universitaires en économie et commerce international l'ont préparée à une carrière dans le monde coupé et poussé des restaurants haut de gamme.

Elle est arrivée à San Francisco en 1988 et a travaillé dans certaines de ses cuisines les plus célèbres avant de partir pour Jakarta, où elle est devenue la première femme chef exécutif d'Indonésie. Quelques années après son retour à San Francisco, elle a obtenu des étoiles Michelin pour sa cuisine artistique à Luce restaurant, avant ouverture Atelier Crenn en 2011, et Petit Crenn juste l'année dernière.

Conférencière régulière de TED Talk, elle a inspiré de nombreuses femmes chefs, sans parler de beaucoup d'hommes, et a récemment été nommée la meilleure chef du monde. Meilleure femme chef dans le Les 50 meilleurs restaurants du monde récompenses. Bientôt, elle agira en tant que mentor pour le candidat américain au concours S.Pellegrino Young Chef 2016, où un autre voyage intrigant commencera.

Qu'est-ce que ça fait d'être nommée meilleure femme chef du monde ?
C'est un grand honneur d'être élue Meilleure Femme Chef du Monde 2016 par mes pairs et les personnes pour qui j'ai eu le plaisir de cuisiner. J'ai été inspiré par de nombreux anciens lauréats de ce prix et c'est donc un grand plaisir de rejoindre leurs rangs et, espérons-le, de motiver les cuisiniers du monde entier à travailler dur, à être créatifs et à réaliser de grandes choses. Je suis fier de partager ce prix avec ma famille de chefs, les équipes de l'Atelier Crenn et du Petit Crenn, sans qui cette distinction ne serait pas possible.

Qu'entendez-vous par le terme « culinaria poétique » ?
La vie est un poème, cuisiner et nourrir les gens est un acte de vulnérabilité. Une expression de vous-même à partager avec les autres.

Quelle est votre définition du succès ?
L'opportunité de rester dans mon métier et, ce faisant, de pouvoir m'engager avec des collègues, d'offrir un mentorat à ceux qui montent et, surtout, d'inspirer les autres dans le métier de leur choix.

Dans une industrie dominée par les hommes, comment encourager davantage de femmes à entrer dans la profession, et pourquoi est-ce important ?
Comme dans toute industrie, les femmes ont plus de mal à réussir. Je ne peux parler que de ce que j'ai fait, c'est-à-dire travailler très, très dur, être clair sur mes objectifs, essayer de forger des relations de mentorat avec d'autres femmes dans le domaine et canaliser la frustration liée aux inégalités envers notre métier.

Pourquoi est-il important d'avoir des femmes sur le terrain?
Nous sommes 51% de la population mondiale et nos voix équilibrent le monologue souvent dominé par les hommes. Et, tout comme différents ingrédients font ressortir diverses saveurs dans d'autres ingrédients d'accompagnement, les chefs hommes et femmes font ressortir de meilleurs éléments les uns dans les autres. Nous avons besoin les uns des autres.

Qui sont les modèles pour les femmes chefs aujourd'hui, et qui sont vos modèles ?
Ma grand-mère et ma mère. [Il y a] tellement de modèles pour les chefs, pas seulement pour les femmes chefs.

Quelle est l'importance de l'expression artistique dans votre travail ?
Ce n'est pas à quel point c'est important – c'est. Mon travail est mon expression artistique.

Récemment, vous avez consacré du temps à l'amélioration de l'alimentation des bébés et des enfants. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet, et pourquoi il est important pour les chefs de redonner quelque chose à la société ?
Aux États-Unis, la nourriture pour enfants est le niveau le plus bas de la nourriture. Je ne comprends pas pourquoi notre trésor le plus aimé, nos enfants, notre avenir, sont si mal nourris. Soit les enfants ont faim, soit ils mangent des sodas et des hot-dogs. Je ne veux pas saper les pressions des parents, c'est pourquoi je veux faire partie de la mise à disposition d'une nourriture de qualité. Je veux interrompre le mythe selon lequel seule la mauvaise nourriture est facile. Nous devons prendre soin de nos enfants à tous les niveaux. Je ne pense pas que seuls les chefs doivent redonner, je pense plutôt que lorsque l'un d'entre nous a la possibilité de payer au suivant, nous le devons.

Vous avez affronté d'autres chefs, notamment en Iron Chef Amérique. Qu'avez-vous retenu de cette expérience ?
C'était amusant. J'ai beaucoup emporté. J'ai appris que j'avais un esprit de compétition. J'ai appris que je pouvais concourir sur une scène plus grande et que je me débrouillais bien sous pression. J'ai également appris qu'en tant que chefs, nous ne devrions pas nous laisser emporter par l'élément glamour de notre travail. C'est bon pour moi de me rappeler que je suis toujours cuisinier.


Dominique Crenn : "La cuisine est un acte de vulnérabilité"

Chef Dominique Crenn est en voyage. Son éducation à Paris et Versailles lui a donné l'amour de la gastronomie, mais ses études universitaires en économie et commerce international l'ont préparée à une carrière dans le monde coupé et poussé des restaurants haut de gamme.

Elle est arrivée à San Francisco en 1988 et a travaillé dans certaines de ses cuisines les plus célèbres avant de partir pour Jakarta, où elle est devenue la première femme chef exécutif d'Indonésie. Quelques années après son retour à San Francisco, elle a obtenu des étoiles Michelin pour sa cuisine artistique à Luce restaurant, avant ouverture Atelier Crenn en 2011, et Petit Crenn juste l'année dernière.

Conférencière régulière de TED Talk, elle a inspiré de nombreuses femmes chefs, sans parler de beaucoup d'hommes, et a récemment été nommée la meilleure chef du monde. Meilleure femme chef dans le Les 50 meilleurs restaurants du monde récompenses. Bientôt, elle agira en tant que mentor pour le candidat américain au concours S.Pellegrino Young Chef 2016, où un autre voyage intrigant commencera.

Qu'est-ce que ça fait d'être nommée meilleure femme chef du monde ?
C'est un grand honneur d'être élue Meilleure Femme Chef du Monde 2016 par mes pairs et les personnes pour qui j'ai eu le plaisir de cuisiner. J'ai été inspiré par de nombreux anciens lauréats de ce prix et c'est donc un grand plaisir de rejoindre leurs rangs et, espérons-le, de motiver les cuisiniers du monde entier à travailler dur, à être créatifs et à réaliser de grandes choses. Je suis fier de partager ce prix avec ma famille de chefs, les équipes de l'Atelier Crenn et du Petit Crenn, sans qui cette distinction ne serait pas possible.

Qu'entendez-vous par le terme « culinaria poétique » ?
La vie est un poème, cuisiner et nourrir les gens est un acte de vulnérabilité. Une expression de vous-même à partager avec les autres.

Quelle est votre définition du succès ?
L'opportunité de rester dans mon métier et, ce faisant, de pouvoir m'engager avec des collègues, d'offrir un mentorat à ceux qui montent et, surtout, d'inspirer les autres dans le métier de leur choix.

Dans une industrie dominée par les hommes, comment encourager davantage de femmes à entrer dans la profession, et pourquoi est-ce important ?
Comme dans toute industrie, les femmes ont plus de mal à réussir. Je ne peux parler que de ce que j'ai fait, c'est-à-dire travailler très, très dur, être clair sur mes objectifs, essayer de forger des relations de mentorat avec d'autres femmes dans le domaine et canaliser la frustration liée aux inégalités envers notre métier.

Pourquoi est-il important d'avoir des femmes sur le terrain?
Nous sommes 51% de la population mondiale et nos voix équilibrent le monologue souvent dominé par les hommes. Et, tout comme différents ingrédients font ressortir diverses saveurs dans d'autres ingrédients d'accompagnement, les chefs hommes et femmes font ressortir de meilleurs éléments les uns dans les autres. Nous avons besoin les uns des autres.

Qui sont les modèles pour les femmes chefs aujourd'hui, et qui sont vos modèles ?
Ma grand-mère et ma mère. [Il y a] tellement de modèles pour les chefs, pas seulement pour les femmes chefs.

Quelle est l'importance de l'expression artistique dans votre travail ?
Ce n'est pas à quel point c'est important – c'est. Mon travail est mon expression artistique.

Récemment, vous avez consacré du temps à l'amélioration de l'alimentation des bébés et des enfants. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet, et pourquoi il est important pour les chefs de redonner quelque chose à la société ?
Aux États-Unis, la nourriture pour enfants est le niveau le plus bas de la nourriture. Je ne comprends pas pourquoi notre trésor le plus aimé, nos enfants, notre avenir, sont si mal nourris. Soit les enfants ont faim, soit ils mangent des sodas et des hot-dogs. Je ne veux pas saper les pressions des parents, c'est pourquoi je veux faire partie de la mise à disposition d'une nourriture de qualité. Je veux interrompre le mythe selon lequel seule la mauvaise nourriture est facile. Nous devons prendre soin de nos enfants à tous les niveaux. Je ne pense pas que seuls les chefs doivent redonner, je pense plutôt que lorsque l'un d'entre nous a la possibilité de payer au suivant, nous le devons.

Vous avez affronté d'autres chefs, notamment en Iron Chef Amérique. Qu'avez-vous retenu de cette expérience ?
C'était amusant. J'ai beaucoup emporté. J'ai appris que j'avais un esprit de compétition. J'ai appris que je pouvais concourir sur une scène plus grande et que je me débrouillais bien sous pression. J'ai également appris qu'en tant que chefs, nous ne devrions pas nous laisser emporter par l'élément glamour de notre travail. C'est bon pour moi de me rappeler que je suis toujours cuisinier.


Dominique Crenn : "La cuisine est un acte de vulnérabilité"

Chef Dominique Crenn est en voyage. Son éducation à Paris et Versailles lui a donné l'amour de la gastronomie, mais ses études universitaires en économie et commerce international l'ont préparée à une carrière dans le monde coupé et poussé des restaurants haut de gamme.

Elle est arrivée à San Francisco en 1988 et a travaillé dans certaines de ses cuisines les plus célèbres avant de partir pour Jakarta, où elle est devenue la première femme chef exécutif d'Indonésie. Quelques années après son retour à San Francisco, elle a obtenu des étoiles Michelin pour sa cuisine artistique à Luce restaurant, avant ouverture Atelier Crenn en 2011, et Petit Crenn juste l'année dernière.

Conférencière régulière de TED Talk, elle a inspiré de nombreuses femmes chefs, sans parler de beaucoup d'hommes, et a récemment été nommée la meilleure chef du monde. Meilleure femme chef dans le Les 50 meilleurs restaurants du monde récompenses. Bientôt, elle agira en tant que mentor pour le candidat américain au concours S.Pellegrino Young Chef 2016, où un autre voyage intrigant commencera.

Qu'est-ce que ça fait d'être nommée meilleure femme chef du monde ?
C'est un grand honneur d'être élue Meilleure Femme Chef du Monde 2016 par mes pairs et les personnes pour qui j'ai eu le plaisir de cuisiner. J'ai été inspiré par de nombreux anciens lauréats de ce prix et c'est donc un grand plaisir de rejoindre leurs rangs et, espérons-le, de motiver les cuisiniers du monde entier à travailler dur, à être créatifs et à réaliser de grandes choses. Je suis fier de partager ce prix avec ma famille de chefs, les équipes de l'Atelier Crenn et du Petit Crenn, sans qui cette distinction ne serait pas possible.

Qu'entendez-vous par le terme « culinaria poétique » ?
La vie est un poème, cuisiner et nourrir les gens est un acte de vulnérabilité. Une expression de vous-même à partager avec les autres.

Quelle est votre définition du succès ?
L'opportunité de rester dans mon métier et, ce faisant, de pouvoir m'engager avec des collègues, d'offrir un mentorat à ceux qui montent et, surtout, d'inspirer les autres dans le métier de leur choix.

Dans une industrie dominée par les hommes, comment encourager davantage de femmes à entrer dans la profession, et pourquoi est-ce important ?
Comme dans toute industrie, les femmes ont plus de mal à réussir. Je ne peux parler que de ce que j'ai fait, c'est-à-dire travailler très, très dur, être clair sur mes objectifs, essayer de forger des relations de mentorat avec d'autres femmes dans le domaine et canaliser la frustration liée aux inégalités envers notre métier.

Pourquoi est-il important d'avoir des femmes sur le terrain?
Nous sommes 51% de la population mondiale et nos voix équilibrent le monologue souvent dominé par les hommes. Et, tout comme différents ingrédients font ressortir diverses saveurs dans d'autres ingrédients d'accompagnement, les chefs hommes et femmes font ressortir de meilleurs éléments les uns dans les autres. Nous avons besoin les uns des autres.

Qui sont les modèles pour les femmes chefs aujourd'hui, et qui sont vos modèles ?
Ma grand-mère et ma mère. [Il y a] tellement de modèles pour les chefs, pas seulement pour les femmes chefs.

Quelle est l'importance de l'expression artistique dans votre travail ?
Ce n'est pas à quel point c'est important – c'est. Mon travail est mon expression artistique.

Récemment, vous avez consacré du temps à l'amélioration de l'alimentation des bébés et des enfants. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet, et pourquoi il est important pour les chefs de redonner quelque chose à la société ?
Aux États-Unis, la nourriture pour enfants est le niveau le plus bas de la nourriture. Je ne comprends pas pourquoi notre trésor le plus aimé, nos enfants, notre avenir, sont si mal nourris. Soit les enfants ont faim, soit ils mangent des sodas et des hot-dogs. Je ne veux pas saper les pressions des parents, c'est pourquoi je veux faire partie de la mise à disposition d'une nourriture de qualité. Je veux interrompre le mythe selon lequel seule la mauvaise nourriture est facile. Nous devons prendre soin de nos enfants à tous les niveaux. Je ne pense pas que seuls les chefs doivent redonner, je pense plutôt que lorsque l'un d'entre nous a l'opportunité de le rendre, nous le devons.

Vous avez affronté d'autres chefs, notamment en Iron Chef Amérique. Qu'avez-vous retenu de cette expérience ?
C'était amusant. J'ai beaucoup emporté. J'ai appris que j'avais un esprit de compétition. J'ai appris que je pouvais concourir sur une scène plus grande et que je me débrouillais bien sous pression. J'ai également appris qu'en tant que chefs, nous ne devrions pas nous laisser emporter par l'élément glamour de notre travail. C'est bon pour moi de me rappeler que je suis toujours cuisinier.


Dominique Crenn : "La cuisine est un acte de vulnérabilité"

Chef Dominique Crenn est en voyage. Son éducation à Paris et Versailles lui a donné l'amour de la gastronomie, mais ses études universitaires en économie et commerce international l'ont préparée à une carrière dans le monde coupé et poussé des restaurants haut de gamme.

Elle est arrivée à San Francisco en 1988 et a travaillé dans certaines de ses cuisines les plus célèbres avant de partir pour Jakarta, où elle est devenue la première femme chef exécutif d'Indonésie. Quelques années après son retour à San Francisco, elle a obtenu des étoiles Michelin pour sa cuisine artistique à Luce restaurant, avant ouverture Atelier Crenn en 2011, et Petit Crenn juste l'année dernière.

Conférencière régulière de TED Talk, elle a inspiré de nombreuses femmes chefs, sans parler de beaucoup d'hommes, et a récemment été nommée la meilleure chef du monde. Meilleure femme chef dans le Les 50 meilleurs restaurants du monde récompenses. Bientôt, elle agira en tant que mentor pour le candidat américain au concours S.Pellegrino Young Chef 2016, où un autre voyage intrigant commencera.

Qu'est-ce que ça fait d'être nommée meilleure femme chef du monde ?
C'est un grand honneur d'être élue Meilleure Femme Chef du Monde 2016 par mes pairs et les personnes pour qui j'ai eu le plaisir de cuisiner. J'ai été inspiré par de nombreux anciens lauréats de ce prix et c'est donc un grand plaisir de rejoindre leurs rangs et, espérons-le, de motiver les cuisiniers du monde entier à travailler dur, à être créatifs et à réaliser de grandes choses. Je suis fier de partager ce prix avec ma famille de chefs, les équipes de l'Atelier Crenn et du Petit Crenn, sans qui cette distinction ne serait pas possible.

Qu'entendez-vous par le terme « culinaria poétique » ?
La vie est un poème, cuisiner et nourrir les gens est un acte de vulnérabilité. Une expression de vous-même à partager avec les autres.

Quelle est votre définition du succès ?
L'opportunité de rester dans mon métier et, ce faisant, de pouvoir m'engager avec des collègues, d'offrir un mentorat à ceux qui montent et, surtout, d'inspirer les autres dans le métier de leur choix.

Dans une industrie dominée par les hommes, comment encourager davantage de femmes à entrer dans la profession, et pourquoi est-ce important ?
Comme dans toute industrie, les femmes ont plus de mal à réussir. Je ne peux parler que de ce que j'ai fait, c'est-à-dire travailler très, très dur, être clair sur mes objectifs, essayer de forger des relations de mentorat avec d'autres femmes dans le domaine et canaliser la frustration liée aux inégalités envers notre métier.

Pourquoi est-il important d'avoir des femmes sur le terrain?
Nous sommes 51% de la population mondiale et nos voix équilibrent le monologue souvent dominé par les hommes. Et, tout comme différents ingrédients font ressortir diverses saveurs dans d'autres ingrédients d'accompagnement, les chefs hommes et femmes font ressortir de meilleurs éléments les uns dans les autres. Nous avons besoin les uns des autres.

Qui sont les modèles pour les femmes chefs aujourd'hui, et qui sont vos modèles ?
Ma grand-mère et ma mère. [Il y a] tellement de modèles pour les chefs, pas seulement pour les femmes chefs.

Quelle est l'importance de l'expression artistique dans votre travail ?
Ce n'est pas à quel point c'est important – c'est. Mon travail est mon expression artistique.

Récemment, vous avez consacré du temps à l'amélioration de l'alimentation des bébés et des enfants. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet, et pourquoi il est important pour les chefs de redonner quelque chose à la société ?
Aux États-Unis, la nourriture pour enfants est le niveau le plus bas de la nourriture. Je ne comprends pas pourquoi notre trésor le plus aimé, nos enfants, notre avenir, sont si mal nourris. Soit les enfants ont faim, soit ils mangent des sodas et des hot-dogs. Je ne veux pas saper les pressions des parents, c'est pourquoi je veux faire partie de la mise à disposition d'une nourriture de qualité. Je veux interrompre le mythe selon lequel seule la mauvaise nourriture est facile. Nous devons prendre soin de nos enfants à tous les niveaux. Je ne pense pas que seuls les chefs doivent redonner, je pense plutôt que lorsque l'un d'entre nous a la possibilité de payer au suivant, nous le devons.

Vous avez affronté d'autres chefs, notamment en Iron Chef Amérique. Qu'avez-vous retenu de cette expérience ?
C'était amusant. J'ai beaucoup emporté. J'ai appris que j'avais un esprit de compétition. J'ai appris que je pouvais concourir sur une scène plus grande et que je me débrouillais bien sous pression. J'ai également appris qu'en tant que chefs, nous ne devrions pas nous laisser emporter par l'élément glamour de notre travail. C'est bon pour moi de me rappeler que je suis toujours cuisinier.


Dominique Crenn : "La cuisine est un acte de vulnérabilité"

Chef Dominique Crenn est en voyage. Son éducation à Paris et Versailles lui a donné l'amour de la gastronomie, mais ses études universitaires en économie et commerce international l'ont préparée à une carrière dans le monde coupé et poussé des restaurants haut de gamme.

Elle est arrivée à San Francisco en 1988 et a travaillé dans certaines de ses cuisines les plus célèbres avant de partir pour Jakarta, où elle est devenue la première femme chef exécutif d'Indonésie. Quelques années après son retour à San Francisco, elle a obtenu des étoiles Michelin pour sa cuisine artistique à Luce restaurant, avant ouverture Atelier Crenn en 2011, et Petit Crenn juste l'année dernière.

Conférencière régulière de TED Talk, elle a inspiré de nombreuses femmes chefs, sans parler de beaucoup d'hommes, et a récemment été nommée la meilleure chef du monde. Meilleure femme chef dans le Les 50 meilleurs restaurants du monde récompenses. Bientôt, elle agira en tant que mentor pour le candidat américain au concours S.Pellegrino Young Chef 2016, où un autre voyage intrigant commencera.

Qu'est-ce que ça fait d'être nommée meilleure femme chef du monde ?
C'est un grand honneur d'être élue Meilleure Femme Chef du Monde 2016 par mes pairs et les personnes pour qui j'ai eu le plaisir de cuisiner. J'ai été inspiré par de nombreux anciens lauréats de ce prix et c'est donc un grand plaisir de rejoindre leurs rangs et, espérons-le, de motiver les cuisiniers du monde entier à travailler dur, à être créatifs et à réaliser de grandes choses. Je suis fier de partager ce prix avec ma famille de chefs, les équipes de l'Atelier Crenn et du Petit Crenn, sans qui cette distinction ne serait pas possible.

Qu'entendez-vous par le terme « culinaria poétique » ?
La vie est un poème, cuisiner et nourrir les gens est un acte de vulnérabilité. Une expression de vous-même à partager avec les autres.

Quelle est votre définition du succès ?
L'opportunité de rester dans mon métier et, ce faisant, de pouvoir m'engager avec des collègues, d'offrir un mentorat à ceux qui montent et, surtout, d'inspirer les autres dans le métier de leur choix.

Dans une industrie dominée par les hommes, comment encourager davantage de femmes à entrer dans la profession, et pourquoi est-ce important ?
Comme dans toute industrie, les femmes ont plus de mal à réussir. Je ne peux parler que de ce que j'ai fait, c'est-à-dire travailler très, très dur, être clair sur mes objectifs, essayer de forger des relations de mentorat avec d'autres femmes dans le domaine et canaliser la frustration liée aux inégalités envers notre métier.

Pourquoi est-il important d'avoir des femmes sur le terrain?
Nous sommes 51% de la population mondiale et nos voix équilibrent le monologue souvent dominé par les hommes. Et, tout comme différents ingrédients font ressortir diverses saveurs dans d'autres ingrédients d'accompagnement, les chefs hommes et femmes font ressortir de meilleurs éléments les uns dans les autres. Nous avons besoin les uns des autres.

Qui sont les modèles pour les femmes chefs aujourd'hui, et qui sont vos modèles ?
Ma grand-mère et ma mère. [Il y a] tellement de modèles pour les chefs, pas seulement pour les femmes chefs.

Quelle est l'importance de l'expression artistique dans votre travail ?
Ce n'est pas à quel point c'est important – c'est. Mon travail est mon expression artistique.

Récemment, vous avez consacré du temps à l'amélioration de l'alimentation des bébés et des enfants. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet, et pourquoi il est important pour les chefs de redonner quelque chose à la société ?
Aux États-Unis, la nourriture pour enfants est le niveau le plus bas de la nourriture. Je ne comprends pas pourquoi notre trésor le plus aimé, nos enfants, notre avenir, sont si mal nourris. Soit les enfants ont faim, soit ils mangent des sodas et des hot-dogs. Je ne veux pas saper les pressions des parents, c'est pourquoi je veux faire partie de la mise à disposition d'une nourriture de qualité. Je veux interrompre le mythe selon lequel seule la mauvaise nourriture est facile. Nous devons prendre soin de nos enfants à tous les niveaux. Je ne pense pas que seuls les chefs doivent redonner, je pense plutôt que lorsque l'un d'entre nous a la possibilité de payer au suivant, nous le devons.

Vous avez affronté d'autres chefs, notamment en Iron Chef Amérique. Qu'avez-vous retenu de cette expérience ?
C'était amusant. J'ai beaucoup emporté. J'ai appris que j'avais un esprit de compétition. J'ai appris que je pouvais concourir sur une scène plus grande et que je me débrouillais bien sous pression. J'ai également appris qu'en tant que chefs, nous ne devrions pas nous laisser emporter par l'élément glamour de notre travail. C'est bon pour moi de me rappeler que je suis toujours cuisinier.


Dominique Crenn : "La cuisine est un acte de vulnérabilité"

Chef Dominique Crenn est en voyage. Son éducation à Paris et Versailles lui a donné l'amour de la gastronomie, mais ses études universitaires en économie et commerce international l'ont préparée à une carrière dans le monde coupé et poussé des restaurants haut de gamme.

Elle est arrivée à San Francisco en 1988 et a travaillé dans certaines de ses cuisines les plus célèbres avant de partir pour Jakarta, où elle est devenue la première femme chef exécutif d'Indonésie. Quelques années après son retour à San Francisco, elle a obtenu des étoiles Michelin pour sa cuisine artistique à Luce restaurant, avant ouverture Atelier Crenn en 2011, et Petit Crenn juste l'année dernière.

Conférencière régulière de TED Talk, elle a inspiré de nombreuses femmes chefs, sans parler de beaucoup d'hommes, et a récemment été nommée la meilleure chef du monde. Meilleure femme chef dans le Les 50 meilleurs restaurants du monde récompenses. Bientôt, elle agira en tant que mentor pour le candidat américain au concours S.Pellegrino Young Chef 2016, où un autre voyage intrigant commencera.

Qu'est-ce que ça fait d'être nommée meilleure femme chef du monde ?
C'est un grand honneur d'être élue Meilleure Femme Chef du Monde 2016 par mes pairs et les personnes pour qui j'ai eu le plaisir de cuisiner. J'ai été inspiré par de nombreux anciens lauréats de ce prix et c'est donc un grand plaisir de rejoindre leurs rangs et, espérons-le, de motiver les cuisiniers du monde entier à travailler dur, à être créatifs et à réaliser de grandes choses. Je suis fier de partager ce prix avec ma famille de chefs, les équipes de l'Atelier Crenn et du Petit Crenn, sans qui cette distinction ne serait pas possible.

Qu'entendez-vous par le terme « culinaria poétique » ?
La vie est un poème, cuisiner et nourrir les gens est un acte de vulnérabilité. Une expression de vous-même à partager avec les autres.

Quelle est votre définition du succès ?
L'opportunité de rester dans mon métier et, ce faisant, de pouvoir m'engager avec des collègues, d'offrir un mentorat à ceux qui montent et, surtout, d'inspirer les autres dans le métier de leur choix.

Dans une industrie dominée par les hommes, comment encourager davantage de femmes à entrer dans la profession, et pourquoi est-ce important ?
Comme dans toute industrie, les femmes ont plus de mal à réussir. Je ne peux parler que de ce que j'ai fait, c'est-à-dire travailler très, très dur, être clair sur mes objectifs, essayer de forger des relations de mentorat avec d'autres femmes dans le domaine et canaliser la frustration liée aux inégalités envers notre métier.

Pourquoi est-il important d'avoir des femmes sur le terrain?
Nous sommes 51% de la population mondiale et nos voix équilibrent le monologue souvent dominé par les hommes. Et, tout comme différents ingrédients font ressortir diverses saveurs dans d'autres ingrédients d'accompagnement, les chefs hommes et femmes font ressortir de meilleurs éléments les uns dans les autres. Nous avons besoin les uns des autres.

Qui sont les modèles pour les femmes chefs aujourd'hui, et qui sont vos modèles ?
Ma grand-mère et ma mère. [Il y a] tellement de modèles pour les chefs, pas seulement pour les femmes chefs.

Quelle est l'importance de l'expression artistique dans votre travail ?
Ce n'est pas à quel point c'est important – c'est. Mon travail est mon expression artistique.

Récemment, vous avez consacré du temps à l'amélioration de l'alimentation des bébés et des enfants. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet, et pourquoi il est important pour les chefs de redonner quelque chose à la société ?
Aux États-Unis, la nourriture pour enfants est le niveau le plus bas de la nourriture. Je ne comprends pas pourquoi notre trésor le plus aimé, nos enfants, notre avenir, sont si mal nourris. Soit les enfants ont faim, soit ils mangent des sodas et des hot-dogs. Je ne veux pas saper les pressions des parents, c'est pourquoi je veux faire partie de la mise à disposition d'une nourriture de qualité. Je veux interrompre le mythe selon lequel seule la mauvaise nourriture est facile. Nous devons prendre soin de nos enfants à tous les niveaux. Je ne pense pas que seuls les chefs doivent redonner, je pense plutôt que lorsque l'un d'entre nous a l'opportunité de le rendre, nous le devons.

Vous avez affronté d'autres chefs, notamment en Iron Chef Amérique. Qu'avez-vous retenu de cette expérience ?
C'était amusant. J'ai beaucoup emporté. J'ai appris que j'avais un esprit de compétition. J'ai appris que je pouvais concourir sur une scène plus grande et que je me débrouillais bien sous pression. J'ai également appris qu'en tant que chefs, nous ne devrions pas nous laisser emporter par l'élément glamour de notre travail. C'est bon pour moi de me rappeler que je suis toujours cuisinier.


Dominique Crenn : "La cuisine est un acte de vulnérabilité"

Chef Dominique Crenn est en voyage. Son éducation à Paris et Versailles lui a donné l'amour de la gastronomie, mais ses études universitaires en économie et commerce international l'ont préparée à une carrière dans le monde coupé et poussé des restaurants haut de gamme.

Elle est arrivée à San Francisco en 1988 et a travaillé dans certaines de ses cuisines les plus célèbres avant de partir pour Jakarta, où elle est devenue la première femme chef exécutif d'Indonésie. Quelques années après son retour à San Francisco, elle a obtenu des étoiles Michelin pour sa cuisine artistique à Luce restaurant, avant ouverture Atelier Crenn en 2011, et Petit Crenn juste l'année dernière.

Conférencière régulière de TED Talk, elle a inspiré de nombreuses femmes chefs, sans parler de beaucoup d'hommes, et a récemment été nommée la meilleure chef du monde. Meilleure femme chef dans le Les 50 meilleurs restaurants du monde récompenses. Bientôt, elle agira en tant que mentor pour le candidat américain au concours S.Pellegrino Young Chef 2016, où un autre voyage intrigant commencera.

Qu'est-ce que ça fait d'être nommée meilleure femme chef du monde ?
C'est un grand honneur d'être élue Meilleure Femme Chef du Monde 2016 par mes pairs et les personnes pour qui j'ai eu le plaisir de cuisiner. J'ai été inspiré par de nombreux anciens lauréats de ce prix et c'est donc un grand plaisir de rejoindre leurs rangs et, espérons-le, de motiver les cuisiniers du monde entier à travailler dur, à être créatifs et à réaliser de grandes choses. Je suis fier de partager ce prix avec ma famille de chefs, les équipes de l'Atelier Crenn et du Petit Crenn, sans qui cette distinction ne serait pas possible.

Qu'entendez-vous par le terme « culinaria poétique » ?
La vie est un poème, cuisiner et nourrir les gens est un acte de vulnérabilité. Une expression de vous-même à partager avec les autres.

Quelle est votre définition du succès ?
L'opportunité de rester dans mon métier et, ce faisant, de pouvoir m'engager avec des collègues, d'offrir un mentorat à ceux qui montent et, surtout, d'inspirer les autres dans le métier de leur choix.

Dans une industrie dominée par les hommes, comment encourager davantage de femmes à entrer dans la profession, et pourquoi est-ce important ?
Comme dans toute industrie, les femmes ont plus de mal à réussir. Je ne peux parler que de ce que j'ai fait, c'est-à-dire travailler très, très dur, être clair sur mes objectifs, essayer de forger des relations de mentorat avec d'autres femmes dans le domaine et canaliser la frustration liée aux inégalités envers notre métier.

Pourquoi est-il important d'avoir des femmes sur le terrain?
Nous sommes 51% de la population mondiale et nos voix équilibrent le monologue souvent dominé par les hommes. Et, tout comme différents ingrédients font ressortir diverses saveurs dans d'autres ingrédients d'accompagnement, les chefs hommes et femmes font ressortir de meilleurs éléments les uns dans les autres. Nous avons besoin les uns des autres.

Qui sont les modèles pour les femmes chefs aujourd'hui, et qui sont vos modèles ?
Ma grand-mère et ma mère. [Il y a] tellement de modèles pour les chefs, pas seulement pour les femmes chefs.

Quelle est l'importance de l'expression artistique dans votre travail ?
Ce n'est pas à quel point c'est important – c'est. Mon travail est mon expression artistique.

Récemment, vous avez consacré du temps à l'amélioration de l'alimentation des bébés et des enfants. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet, et pourquoi il est important pour les chefs de redonner quelque chose à la société ?
Aux États-Unis, la nourriture pour enfants est le niveau le plus bas de la nourriture. Je ne comprends pas pourquoi notre trésor le plus aimé, nos enfants, notre avenir, sont si mal nourris. Soit les enfants ont faim, soit ils mangent des sodas et des hot-dogs. Je ne veux pas saper les pressions des parents, c'est pourquoi je veux faire partie de la mise à disposition d'une nourriture de qualité. Je veux interrompre le mythe selon lequel seule la mauvaise nourriture est facile. Nous devons prendre soin de nos enfants à tous les niveaux. Je ne pense pas que seuls les chefs doivent redonner, je pense plutôt que lorsque l'un d'entre nous a l'opportunité de donner au suivant, nous le devons.

You’ve competed against other chefs, notably in Iron Chef Amérique. What did you take away from that experience?
That was fun. I took away a lot. I learned that I have a competitive spirit. I learned that I could compete on a larger stage and that I do well under pressure. I also learned that, as chefs, we shouldn’t get caught up in the glamor element of our work. It’s good for me to remember that I am still a cook.


Dominique Crenn: "Cooking is an Act of Vulnerability"

Chef Dominique Crenn is on a journey. Her upbringing in Paris and Versailles gave her a love of fine food, but her academic studies in economics and international business prepared her for a career in the cut and thrust world of top-end restaurants.

She arrived in San Francisco in 1988, and worked in some of its most famous kitchens before leaving for Jakarta, where she became Indonesia’s first female executive chef. Within a few years of her return to San Francisco, she earned Michelin stars for her artistic cuisine at Luce restaurant, before opening Atelier Crenn en 2011, et Petit Crenn just last year.

A regular TED Talk speaker, she has inspired many a female chef, not to mention plenty of male ones, and was recemtly named the World’s Best Female Chef dans le World’s 50 Best Restaurants awards. Soon she will act as a mentor for the USA candidate at the S.Pellegrino Young Chef 2016 competition, where another intriguing journey will begin.

How does it feel to be named the World’s Best Female Chef?
It is a great honour to be chosen as the World’s Best Female Chef 2016 by my peers and the people I’ve had the pleasure to cook for. I've been inspired by many of the past winners of this award and so it’s a great pleasure to join their ranks and to hopefully motivate cooks around the world to work hard, be creative and achieve great things. I am proud to share this award with my chef family, the teams at Atelier Crenn and Petit Crenn, without whom this accolade would not be possible.

What do you mean by the term ‘poetic culinaria’?
Life is a poem, cooking and feeding people is an act of vulnerability. An expression of yourself to share with others.

What’s your definition of success?
The opportunity to stay in my craft, and by doing so being able to engage with colleagues, offer mentorship to those coming up, and most importantly to inspire others in any craft they choose.

In a male dominated industry, how can more women be encouraged to enter the profession, and why is that important?
Like any industry, women have a harder time to succeed. I can only speak for what I did, which was work very, very hard, be clear about my goals, try and forge mentoring relationships with other women in the field, and channel frustration around inequities toward our craft.

Why is it important to have women in the field?
We are 51% of the world's population and our voices balance the often male-dominated monologue. And, just as different ingredients bring out various flavours in other accompanying ingredients, men and women chefs bring out better elements in one another. We need one another.

Who are the role models for female chefs today, and who are your role models?
My grandmother and my mother. [There are] so many role models, for chefs not just female chefs.

How important is artistic expression in your work?
It's not how important – it is. My work is my artistic expression.

Recently you’ve been devoting time to improving food for babies and children. Can you tell us a bit more about that, and why it is important for chefs to give something back to society?
Food in the US for children is the lowest level of food. I don’t understand why our most loved treasure, our children, our future, are fed so poorly. Either children go hungry, or they eat soda and hot dogs. I don’t mean to undermine the pressures of parents, hence I want to be part of making quality food available. I want to interrupt the myth that only bad food is easy. We must care for our children on every level. I do not think only chefs need to give back, rather I think when any of us have the opportunity to pay it forward, we must.

You’ve competed against other chefs, notably in Iron Chef Amérique. What did you take away from that experience?
That was fun. I took away a lot. I learned that I have a competitive spirit. I learned that I could compete on a larger stage and that I do well under pressure. I also learned that, as chefs, we shouldn’t get caught up in the glamor element of our work. It’s good for me to remember that I am still a cook.


Dominique Crenn: "Cooking is an Act of Vulnerability"

Chef Dominique Crenn is on a journey. Her upbringing in Paris and Versailles gave her a love of fine food, but her academic studies in economics and international business prepared her for a career in the cut and thrust world of top-end restaurants.

She arrived in San Francisco in 1988, and worked in some of its most famous kitchens before leaving for Jakarta, where she became Indonesia’s first female executive chef. Within a few years of her return to San Francisco, she earned Michelin stars for her artistic cuisine at Luce restaurant, before opening Atelier Crenn en 2011, et Petit Crenn just last year.

A regular TED Talk speaker, she has inspired many a female chef, not to mention plenty of male ones, and was recemtly named the World’s Best Female Chef dans le World’s 50 Best Restaurants awards. Soon she will act as a mentor for the USA candidate at the S.Pellegrino Young Chef 2016 competition, where another intriguing journey will begin.

How does it feel to be named the World’s Best Female Chef?
It is a great honour to be chosen as the World’s Best Female Chef 2016 by my peers and the people I’ve had the pleasure to cook for. I've been inspired by many of the past winners of this award and so it’s a great pleasure to join their ranks and to hopefully motivate cooks around the world to work hard, be creative and achieve great things. I am proud to share this award with my chef family, the teams at Atelier Crenn and Petit Crenn, without whom this accolade would not be possible.

What do you mean by the term ‘poetic culinaria’?
Life is a poem, cooking and feeding people is an act of vulnerability. An expression of yourself to share with others.

What’s your definition of success?
The opportunity to stay in my craft, and by doing so being able to engage with colleagues, offer mentorship to those coming up, and most importantly to inspire others in any craft they choose.

In a male dominated industry, how can more women be encouraged to enter the profession, and why is that important?
Like any industry, women have a harder time to succeed. I can only speak for what I did, which was work very, very hard, be clear about my goals, try and forge mentoring relationships with other women in the field, and channel frustration around inequities toward our craft.

Why is it important to have women in the field?
We are 51% of the world's population and our voices balance the often male-dominated monologue. And, just as different ingredients bring out various flavours in other accompanying ingredients, men and women chefs bring out better elements in one another. We need one another.

Who are the role models for female chefs today, and who are your role models?
My grandmother and my mother. [There are] so many role models, for chefs not just female chefs.

How important is artistic expression in your work?
It's not how important – it is. My work is my artistic expression.

Recently you’ve been devoting time to improving food for babies and children. Can you tell us a bit more about that, and why it is important for chefs to give something back to society?
Food in the US for children is the lowest level of food. I don’t understand why our most loved treasure, our children, our future, are fed so poorly. Either children go hungry, or they eat soda and hot dogs. I don’t mean to undermine the pressures of parents, hence I want to be part of making quality food available. I want to interrupt the myth that only bad food is easy. We must care for our children on every level. I do not think only chefs need to give back, rather I think when any of us have the opportunity to pay it forward, we must.

You’ve competed against other chefs, notably in Iron Chef Amérique. What did you take away from that experience?
That was fun. I took away a lot. I learned that I have a competitive spirit. I learned that I could compete on a larger stage and that I do well under pressure. I also learned that, as chefs, we shouldn’t get caught up in the glamor element of our work. It’s good for me to remember that I am still a cook.


Dominique Crenn: "Cooking is an Act of Vulnerability"

Chef Dominique Crenn is on a journey. Her upbringing in Paris and Versailles gave her a love of fine food, but her academic studies in economics and international business prepared her for a career in the cut and thrust world of top-end restaurants.

She arrived in San Francisco in 1988, and worked in some of its most famous kitchens before leaving for Jakarta, where she became Indonesia’s first female executive chef. Within a few years of her return to San Francisco, she earned Michelin stars for her artistic cuisine at Luce restaurant, before opening Atelier Crenn en 2011, et Petit Crenn just last year.

A regular TED Talk speaker, she has inspired many a female chef, not to mention plenty of male ones, and was recemtly named the World’s Best Female Chef dans le World’s 50 Best Restaurants awards. Soon she will act as a mentor for the USA candidate at the S.Pellegrino Young Chef 2016 competition, where another intriguing journey will begin.

How does it feel to be named the World’s Best Female Chef?
It is a great honour to be chosen as the World’s Best Female Chef 2016 by my peers and the people I’ve had the pleasure to cook for. I've been inspired by many of the past winners of this award and so it’s a great pleasure to join their ranks and to hopefully motivate cooks around the world to work hard, be creative and achieve great things. I am proud to share this award with my chef family, the teams at Atelier Crenn and Petit Crenn, without whom this accolade would not be possible.

What do you mean by the term ‘poetic culinaria’?
Life is a poem, cooking and feeding people is an act of vulnerability. An expression of yourself to share with others.

What’s your definition of success?
The opportunity to stay in my craft, and by doing so being able to engage with colleagues, offer mentorship to those coming up, and most importantly to inspire others in any craft they choose.

In a male dominated industry, how can more women be encouraged to enter the profession, and why is that important?
Like any industry, women have a harder time to succeed. I can only speak for what I did, which was work very, very hard, be clear about my goals, try and forge mentoring relationships with other women in the field, and channel frustration around inequities toward our craft.

Why is it important to have women in the field?
We are 51% of the world's population and our voices balance the often male-dominated monologue. And, just as different ingredients bring out various flavours in other accompanying ingredients, men and women chefs bring out better elements in one another. We need one another.

Who are the role models for female chefs today, and who are your role models?
My grandmother and my mother. [There are] so many role models, for chefs not just female chefs.

How important is artistic expression in your work?
It's not how important – it is. My work is my artistic expression.

Recently you’ve been devoting time to improving food for babies and children. Can you tell us a bit more about that, and why it is important for chefs to give something back to society?
Food in the US for children is the lowest level of food. I don’t understand why our most loved treasure, our children, our future, are fed so poorly. Either children go hungry, or they eat soda and hot dogs. I don’t mean to undermine the pressures of parents, hence I want to be part of making quality food available. I want to interrupt the myth that only bad food is easy. We must care for our children on every level. I do not think only chefs need to give back, rather I think when any of us have the opportunity to pay it forward, we must.

You’ve competed against other chefs, notably in Iron Chef Amérique. What did you take away from that experience?
That was fun. I took away a lot. I learned that I have a competitive spirit. I learned that I could compete on a larger stage and that I do well under pressure. I also learned that, as chefs, we shouldn’t get caught up in the glamor element of our work. It’s good for me to remember that I am still a cook.